1. Face au quotidien
  2. Toutes les histoires
  3. Composer avec la dépression : sept conseils pour survivre aux journées où vous vous sentez vaincu(e)

Composer avec la dépression : sept conseils pour survivre aux journées où vous vous sentez vaincu(e)

Getty Images / tommaso79

Mes pires journées de dépression peuvent me plonger dans un trou sombre et profond. Je sens parfois que je dois me reposer et récupérer plutôt que de poursuivre mes activités habituelles. Dans ces moments-là, j’ai l’impression de baisser les bras. C’est comme si je perdais une course qui n’existe que dans ma tête.

Voici quelques conseils qui m’aident à tenir bon les journées où je me sens complètement vaincue.

Acceptez ce que vous ressentez

Auparavant, je passais beaucoup de temps à essayer de garder le sourire devant les autres. Je pensais que je gâcherais leur journée si je parlais de ma dépression, mais cela ne faisait qu’accroître mon sentiment de solitude.

Aujourd’hui, je réalise que tout le monde éprouve de la tristesse à un moment ou un autre. Tout le monde a de mauvaises journées.

Il est parfois difficile d’admettre que ça va mal. Dans ces temps-là, je me répète qu’il n’y a pas de honte à accepter mes sentiments et mon état d’esprit. On ne peut travailler que sur ce qu’on peut admettre à soi-même.

Trouvez une activité qui vous plait

Qu’est-ce qui vous rend heureux ou heureuse? Être dans la nature? Vous pouvez la faire venir à vous, même les journées où vous avez de la peine à vous tirer du lit, en plus de faire d’autres activités dans le confort de votre chambre à coucher.

Allez sur Internet et cherchez un documentaire sur la nature vous aurez l’embarras du choix! Coloriez, peignez, faites du crochet ou écoutez votre album préféré. Faire une activité qui vous plait peut vous remonter le moral.

Regardez vos séries préférées en rafale

Nous avons parfois de la peine à fonctionner tant les émotions que nous vivons sont douloureuses. Lorsque cela se produit, il n’y a absolument aucun mal à s’évader en regardant une émission de télévision.

Je suis une pro du visionnement en rafale. J’ai ajouté des signets à quelques-unes de mes émissions préférées sur ma plateforme de diffusion en continu que je regarde lorsque j’ai besoin de prendre une pause. Lorsque je reviens à la réalité, je me sens un peu plus revigorée.

Mettez un peu d’ordre

La dépression génère parfois du désordre. Vous pourriez remarquer que votre environnement devient de plus en plus encombré si vous n’avez pas quitté votre lit ou votre canapé depuis un moment. C’est tout à fait normal.

J’aime me réserver un peu de temps pour faire le tri dans ma « pile de dépression » avant que ça dégénère. Autrement, j’ai l’impression que je vais (littéralement) crouler sous le désordre qui vient s’ajouter à tout ce qui me pèse déjà.

Sortez la poubelle, mettez la vaisselle dans l’évier et placez vos vêtements sales dans le panier à linge. Ainsi, vous n’aurez pas à gaspiller votre précieuse énergie sur du ménage lorsque vous vous sentirez mieux.

Faites des câlins

Selon une étude, les câlins pourraient abaisser le taux de cortisol, une hormone du stress.

Lorsque je suis déprimée, je passe beaucoup de temps à câliner mes chiens. Je n’irais pas jusqu’à dire que ça les rend heureux, mais je sais qu’ils apprécient les caresses supplémentaires.

Allez vers les autres

Je souhaiterais parfois pouvoir me confier à quelqu’un, mais le plus souvent, j’attends et je souffre en silence.

La dépression peut fausser votre perception et vous donner l’impression que personne ne veut vous approcher. Ce qui est faux.

N’attendez pas que quelqu’un remarque votre mal-être. Prenez le téléphone. Contactez un vieil ami sur les réseaux sociaux, téléphonez à quelqu’un ou envoyez-lui un message privé.

Nos amis et notre famille sont souvent disposés à nous aider. Mais ils ne peuvent pas le faire s’ils ne savent pas ce qui se passe.

Changez votre perception de ce qu’est un gain

Il y a des journées où ça me prend toute mon énergie pour me tirer du lit. Je n’ai même pas la force de me nourrir. Je me sens fatiguée comme si j’avais la grippe, malgré l’absence de toux et d’éternuements. Je me sens désespérée et incapable. Je m’isole de mon entourage. Je perds un temps fou sur les médias sociaux ou je passe des heures à regarder de la télé-poubelle.

Vous savez quoi? J’ai cessé de m’en faire avec ça.

Bien souvent, nous devons mener une lutte contre la maladie mentale. Certaines journées, nous remportons la bataille en tenant bon jusqu’à ce que la déprime s’atténue.

Veiller à sa sécurité est un gain. Connaître et respecter ses limites est un gain.

Ne croyez surtout pas que vous avez échoué les journées où vous vous sentez vaincu(e). Laissez passer la tempête.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la prise en charge de la dépression, consultez votre médecin ou votre équipe de soins de santé.

J’ai trouvé cet article:

Partagez cet article:


Vous pourriez aussi être intéressé(e) par ce qui suit

Comment aider un être cher quand la dépression se transforme en crise

Par Jonathan Rottenberg
Lire la suite

Cinq façons de soutenir un(e) conjoint(e) déprimé(e)

Par Kat Naish
Lire la suite

Les multiples facettes de ma dépression

Par René Brooks
Lire la suite