1. Face au quotidien
  2. Toutes les histoires
  3. Ce que la dépression n’est PAS en cinq points

Ce que la dépression n’est PAS en cinq points

Getty Images / tommaso79

S’il y a bien une chose qui me dérange, c’est lorsque les gens empruntent à tort des termes liés aux troubles de santé mentale pour décrire ce qu’ils ressentent. Par exemple, quand une personne très organisée dit « je suis un vrai obsessif compulsif » pour décrire ce trait de personnalité, ou qu’une autre dit « je suis tellement TDAH », parce qu’elle se sent un peu agitée.

Je saisis. Il nous arrive tous, dans le langage familier, d’utiliser des termes en leur donnant un sens autre que leur sens premier. Et ça ne me dérange pas la plupart du temps. Le problème cependant en ce qui concerne particulièrement la santé mentale, c’est que bien des gens ne connaissent pas vraiment la maladie qu’ils invoquent ni ses répercussions. Ces petits commentaires en apparence inoffensifs peuvent nourrir la stigmatisation (qui elle, est plus dangereuse) entourant la santé mentale.

C’est ce qui me frustre le plus : il y a encore beaucoup d’incompréhension à l’égard de la dépression et de l’ampleur de ses effets sur ceux qui en souffrent — au mieux, certains pensent qu’être atteint de dépression veut simplement dire avoir le moral bas; au pire, les gens pensent que c’est un défaut de personnalité ou une défaillance morale.

Pour démêler le vrai du faux, faisons un bref survol de ce que la dépression n’est pas, afin que nous soyons sur la même longueur d’onde et que je devienne moins grincheuse.

Être déprimé(e), ça ne veut pas dire avoir le moral bas

Êtes-vous un peu démoralisé(e) parce que votre équipe préférée a perdu un match? Vos beaux-parents vous tapaient-ils sur les nerfs lors du souper hier soir? A-t-on donné le poste que vous convoitiez à quelqu’un d’autre? Je comprends tout à fait à quel point ces situations peuvent être frustrantes et vous plomber le moral. Tout le monde vit à un moment ou un autre des situations désagréables, mais ce n’est pas de la dépression. La morosité que l’on ressent dans certaines circonstances est habituellement temporaire, et on s’en remet en peu de temps. La dépression, par contre, dure au moins deux semaines (et parfois plus longtemps), et il peut être plus difficile de s’en remettre.

Être déprimé(e), ça ne veut pas dire se sentir « antisocial(e) » de temps à autre

Nous avons tous parfois besoin d’un peu de tranquillité de temps à autre. Certaines personnes n’aiment tout simplement pas se retrouver parmi de grands groupes, et c’est tout à fait correct. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les gens évitent de passer du temps avec les autres, certaines de ces raisons n’ayant rien à voir avec la santé mentale. Lorsqu’une personne est un peu moins sociable que d’habitude, elle peut simplement avoir besoin de temps seule. Ça ne veut pas forcément dire qu’elle est déprimée.

Être déprimé(e), ça ne veut pas dire être déçu(e)

La vie nous réserve beaucoup de belles surprises. À l’inverse, elle nous pose aussi parfois des défis. Lorsqu’on rencontre des défis, il est normal de se sentir déçu(e). La tristesse est un sentiment qui occupe une place importante en cas de déception. Or, déception et dépression ne sont pas synonymes, même si on leur donne souvent le même sens.

Être déprimé(e), ça ne veut pas dire être de mauvaise humeur

Nous passons parfois de très mauvaises journées. Ces journées-là, nous pouvons être particulièrement exaspérés. Tristesse et mélancolie planent au-dessus de nos têtes, comme des nuages gris. Mais vous savez quoi? Ces nuages peuvent se dissiper aussitôt si une chose plaisante se produit. Ce qui n’a rien à voir avec la dépression. La dépression persiste, même lorsque vous souhaitez désespérément qu’elle disparaisse.

Être déprimé(e) n’est pas « cool »

La dépression ce n’est pas « cool » et ça n’a rien d’attrayant. Trop souvent, la culture populaire présente une vision romantique des troubles de santé mentale, faisant fi des difficultés énormes et bien réelles que vivent les personnes aux prises avec la dépression. Il ne faut pas avoir honte d’être déprimé(e), mais il faut se débarrasser de la perception selon laquelle la dépression a quelque chose d’admirable.

Ce qu’il faut retenir

Il est possible de s’exprimer de multiples façons, sans faire de fausses comparaisons avec des troubles de santé mentale. Le temps est venu de peser nos mots. Tristesse veut dire tristesse. Dépression veut dire dépression. Maintenant que vous le savez, vous pouvez faire le bon choix.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la prise en charge de la dépression, consultez votre médecin ou votre équipe de soins de santé.

J’ai trouvé cet article:

Partagez cet article:


Vous pourriez aussi être intéressé(e) par ce qui suit

Comment aider un être cher quand la dépression se transforme en crise

Par Jonathan Rottenberg
Lire la suite

Cinq façons de soutenir un(e) conjoint(e) déprimé(e)

Par Kat Naish
Lire la suite

Composer avec la dépression : sept conseils pour survivre aux journées où vous vous sentez vaincu(e)

Par René Brooks
Lire la suite