1. Face au quotidien
  2. Toutes les histoires
  3. Quitter les médias sociaux a été bon pour ma santé mentale

Quitter les médias sociaux a été bon pour ma santé mentale

Getty Images / Fizkes

Ces dernières années, mes résolutions du jour de l’An ont été beaucoup plus intentionnelles et fermes. Alors que 2018 tirait à sa fin, j’ai eu une importante inspiration. J’ai eu le désir de sortir complètement des médias sociaux.

Pour voir où allaient mon temps, mon attention et mon énergie, je me suis mis à tenir un journal. Je me suis alors rendu compte que les avantages des médias sociaux étaient bien inférieurs à la dépense.

Les médias sociaux peuvent avoir du bon. Ils peuvent être une source de nouvelles importantes et vous aider à rester en contact avec les personnes que vous aimez ou admirez. Mais dans mon cas, les médias sociaux m’empêchaient de me concentrer et me rendaient anxieux. Pour moi, les flux sociaux créaient un sentiment de crainte, celle de rater quelque chose. Il m’arrivait parfois d’oublier de manger ou de méditer.

J’étais également agacé par les agissements des entreprises qui sont derrière ces médias sociaux. Je craignais qu’elles ne se préoccupent pas de la vie privée des utilisateurs ni du foisonnement de propos haineux ou du harcèlement qui empoisonnent certaines plateformes.

J’avais déjà restreint partiellement mon usage des médias sociaux dans le passé. Cette fois-ci cependant, je décidai d’aller jusqu’au bout et j’ai désactivé tous mes comptes au début de 2019. J’étais content de l’avoir fait.

Ce que j’ai appris en quittant les médias sociaux

Je me suis rendu compte de plusieurs choses lorsque j’ai quitté les médias sociaux.

J’étais accro

Après avoir quitté les médias sociaux, j’ai pu voir à quel point j’étais dépendant et à quel point l’habitude de les consulter s’était enracinée en moi. Je me suis rendu compte que je les consultais toutes les 15 minutes. Je parcourais les titres rapidement, sans vraiment lire les articles ni réfléchir aux nouvelles. Outre le plaisir de voir un message ou une alerte intéressants, je ne cherchais rien en particulier. J’étais obsédé par les alertes.

Les médias sociaux grugeaient une bonne partie de mon temps

En laissant définitivement tomber les médias sociaux, j’ai été sidéré de voir combien de temps et d’énergie supplémentaire j’en retirais chaque jour. Je me suis aperçu que j’y consacrais beaucoup de temps. Constatation qui est devenue encore plus évidente lorsque j’ai mis à exécution ma résolution d’exploiter ma créativité et de faire de la musique tous les jours en 2019 (chose que je n’avais faite qu’environ 20 fois au cours de l’année précédente).

Une fois libéré des médias sociaux, j’étais plus productif et je repris de saines habitudes oubliées. Je lisais davantage et j’apprenais beaucoup. Je faisais de la musique tous les jours. Je trouvais du temps pour participer à plus d’événements et j’en ai même animé quelques-uns de mon cru. J’ai rencontré de nouvelles personnes.

Je ne me préoccupais pas assez des personnes les plus importantes dans ma vie

Certains bruits, dans les médias sociaux, peuvent être utiles. Ils sont une source de nouvelles importantes et vous permettent de rester en contact avec les personnes que vous aimez ou admirez, ou encore de prendre part à des conversations ou à des initiatives qui comptent pour vous. Tout cela peut vous donner l’impression d’être connecté. Mais l’êtes-vous vraiment? Et jusqu’à quel point?

 

Les médias sociaux n’aidaient en rien ma dépression

La dépression et l’anxiété, je crois, peuvent nous causer du tort en dévoyant notre esprit du présent pour le projeter dans le passé ou l’avenir. C’est un peu ce qui arrivait avec les médias sociaux : ils attiraient mon attention sur un million de choses partout dans le monde, en temps réel.

Rien d’étonnant à ce qu’on en oublie de manger ou de méditer. Certains médias sociaux sophistiqués sont conçus spécialement pour vous donner l’impression que vous devez savoir et rester connecté.

Après avoir quitté les médias sociaux, j’ai pu mieux prendre soin de ma santé mentale. Elle s’est d’ailleurs améliorée. J’étais moins stressé, mon niveau d’anxiété avait baissé et je n’étais plus dérangé par des interférences importunes.

Aller jusqu’au bout a changé les choses du tout au tout

Désactiver mes comptes sur les médias sociaux m’a aidé à me libérer totalement et m’a permis de récupérer du temps pour moi et d’être moins distrait durant la journée. Les applications de restriction et les autres outils que j’avais utilisés dans le passé n’avaient pas eu le même effet. Cela m’a aussi permis de comprendre ma relation aux médias sociaux et de la changer pour le mieux en allant de l’avant.

Je suis heureux d’avoir pris une pause de médias sociaux. Cela m’a permis de reprendre de bonnes vieilles habitudes et d’en adopter de nouvelles. Cela fait aussi en sorte que je me contrôle mieux lorsque je retourne sur quelques-uns d’entre eux.

Il est important de reconnaître que vous pouvez avoir besoin, par moments, de vous accorder plus de temps pour restructurer votre vie et vous occuper de votre santé mentale. Vous souhaiterez peut-être tout simplement restreindre consciemment votre usage des médias sociaux ou encore vous réaliserez que vous ne voulez pas les utiliser du tout, surtout si vous avez l’impression qu’ils nuisent à votre santé. Vous pourriez être surpris de voir comment vous vous sentez et tout ce que vous pouvez accomplir sans eux.

Pour plus d’information sur la prise en charge de la dépression, adressez-vous à votre médecin ou à votre équipe de soins de santé.

J’ai trouvé cet article:

Partagez cet article:


Vous pourriez aussi être intéressé(e) par ce qui suit

Le bon et le mauvais côté de la réévaluation du diagnostic de maladie mentale

Par Sarah Bailey
Lire la suite

Six habitudes que nous pouvons adopter au quotidien pour normaliser les problèmes de santé mentale

Par Bryce Evans
Lire la suite

Ce que je souhaiterais que mes parents sachent au sujet de mes problèmes de santé mentale

Par Bryce Evans
Lire la suite