1. Face au quotidien
  2. Toutes les histoires
  3. Comment un film d’horreur m’a aidée à gérer mon anxiété

Comment un film d’horreur m’a aidée à gérer mon anxiété

Getty Images / Boris Jovanovic

L’Halloween sera bientôt là. Des farces et des friandises, des fêtes costumées (en ligne bien sûr, en raison des restrictions du fait de la COVID-19) et beaucoup de films d’horreur! En choisissant lesquels regarder cette année sur Netflix, je me suis souvenue d’une révélation-choc sur mon état mental, survenue au cinéma (vers 2013) en regardant un classique des films d’horreur : L’opéra de la terreur. (L'un de plusieurs titres en français pour le film Evil Dead).

À l’époque, je luttais beaucoup contre mon anxiété. Des pensées intrusives et effrayantes me hantaient constamment. Je me sentais à bout de nerfs et m'inquiétais pour des choses que je ne pouvais pas contrôler.

« Et si mon patron se rendait compte qu'en réalité je suis nulle, et qu’il me congédie? » 

« Et si mon petit ami en avait ras le bol de moi et qu'il me quittait? »

Certaines de mes pensées étaient vraiment épouvantables, par exemple :

« Et si tous les gens que j’aime mouraient dans un terrible accident! »

Mes pensées intrusives ont tendance à s'emballer de cette façon. Récemment, un spécialiste de la thérapie comportementale m'avait fait remarquer que j'étais sujette à des « distorsions cognitives », comme des pensées « effrayantes » ou « catastrophiques » – et j’ai dû reconnaître qu’il avait raison.

Dès que mon esprit repère le moindre petit soupçon d’un problème, il le multiplie par mille.

Pourquoi de simples pensées sont-elles si effrayantes?

En essayant de penser de façon rationnelle, je savais que toutes mes inquiétudes étaient soit sans fondement, soit complètement hors de mon contrôle. Après tout, les choses allaient bien au travail, et mon petit ami et moi étions très heureux ensemble. Alors pourquoi est-ce que je me sentais si menacée? Ce cercle vicieux m’exaspérait et j’essayais constamment de combattre ou de bloquer les pensées négatives, en me disant que j’étais une idiote. Mais cette approche ne fonctionnait pas souvent.

En regardant le film d’horreur au cinéma, j’ai sursauté et crié plusieurs fois. Ouf! Le démon qui terrorisait les adolescents était abominable. Je m’imaginais dans cette situation, coincée dans une cabane isolée sans personne pour me tirer de là, et je me sentais vulnérable par procuration.

À un certain moment, j’ai sursauté et ai poussé un cri en me couvrant les yeux et en me recroquevillant sur mon siège. C’était une réaction ridicule, parce que je savais bien évidemment dans mon for intérieur que ce démon ne pouvait pas traverser l’écran de cinéma et m’attaquer. Alors pourquoi me suis-je sentie autant menacée? Pourquoi mon cerveau réagissait-il ainsi à cette scène imaginaire?

La ruse de l’anxiété

Finalement j'ai compris. C’est une ruse! Un film d’horreur joue un tour au cerveau pour qu’il ressente de l'effroi, alors qu’il n’y a aucune menace physique réelle. Quand j’ai constaté ce fait, j’ai comparé cette expérience à mes crises d’anxiété ou de panique et remarqué des similitudes. Lorsque des pensées intrusives envahissent mon cerveau, j’ai l’impression que quelque chose de mauvais va m'arriver et mon corps réagit en conséquence, même si je suis parfaitement en sécurité.

Le Dr David Carbonell a beaucoup écrit sur « La ruse de l'anxiété ». Il affirme que les personnes souffrant d'anxiété ressentent un malaise et se laissent avoir en traitant ce symptôme comme un danger.

J’avoue que le cinéma était un endroit étrange pour avoir une révélation-choc sur le plan psychologique – en plus avec du maïs soufflé dans la bouche –, mais à ce moment-là j'étais dans un état d'euphorie! J'avais été prise dans une ruse pour rester anxieuse.

Maintenant que j’avais compris, le temps était venu de prendre des mesures pour y faire face.

Comment désamorcer la ruse de l'anxiété

  1. Prenez un moment pour vraiment ressentir l’émotion.

Un tas d’expériences m’ont permis de réaliser que, peu importe mes efforts pour bloquer mes pensées négatives, c’est inutile. Dans les faits, cela ne fait que les intensifier. Comme le Dr Carbonell l’indique : « La façon de désamorcer la ruse de l'anxiété est de passer de plus en plus de temps avec l'anxiété, de s'exposer aux pensées et aux sensations, et de les laisser s'apaiser avec le temps. » [Traduction] Alors, permettez-vous de vivre l’émotion sans résister et voyez ce qu’elle vous fait ressentir. Faites la paix avec le sentiment de malaise et laissez les pensées négatives s’évaporer naturellement.

  1. N’oubliez pas : vous n’êtes pas vraiment en danger.

Rappelez-vous que c’est comme regarder un film d’horreur : vous avez été pris dans une ruse pour vous amener à croire que vous êtes en danger, alors que ce n'est pas le cas. Par exemple, lorsque cela se produit, je me rappelle que la menace n’est pas réelle. Il se peut que je ne puisse pas lutter contre ces pensées/sentiments. Cependant, je peux au moins essayer d’être à l’aise jusqu’à ce qu’ils passent. Les techniques de respiration sont un excellent moyen d'atténuer les symptômes d'anxiété. L’activation de points de pression peut également être apaisante. Mon préféré est le point Hoku (situé dans le creux de la pince entre le pouce et l’index). Cliquez ici pour les instructions.

D’autres choses simples, comme s’assurer d’être assis confortablement sans être trop serré dans ses vêtements, peuvent aussi aider. Vous pouvez aussi essayer une huile relaxante d'aromathérapie sur les points de pulsation comme vos poignets et vos tempes – je préfère le jasmin, mais la lavande est également agréable – bref, tout ce qui procure un soulagement.

  1. Demandez-vous : l’émotion est-elle réelle?

Une fois l’intensité émotionnelle retombée, il faut vous demander s’il existe des preuves valables qui donnent lieu à vos pensées intrusives. Un exercice classique de thérapie comportementale encourage les patients à rechercher des preuves tangibles qui soutiennent ou contestent une pensée irrationnelle. Par exemple, « J’ai peur que mon patron me congédie » pourrait être contesté par : « Votre patron a-t-il dit quelque chose de précis qui laisse entendre cela? Les Ressources humaines vous ont-elles contacté? Vos collègues se plaignent-ils de la qualité de votre travail? »

Ou encore, « Je pense que mon petit ami veut me quitter », pourrait être contesté par : « D’après mes notes, vous avez soupé ensemble au restaurant hier soir et ce fut très agréable pour vous deux. Il envisageait aussi que vous preniez des vacances l’an prochain. Cela contredit sûrement votre point de vue? » Le plus souvent, nous manquons de preuves tangibles et nous fions entièrement à nos émotions. Essayer de prouver une pensée irrationnelle est un bon moyen de mettre une fois de plus en évidence « la ruse de l’anxiété ». 

Joyeux Halloween à tous – et attention à la ruse de l’anxiété!

J’ai trouvé cet article:

Partagez cet article:


Vous pourriez aussi être intéressé(e) par ce qui suit

Nouvelle

Cinq façons avisées de prendre soin de soi en ligne

Par Alice May Purkiss
Lire la suite
Nouvelle

Gérer la situation actuelle de pandémie en vivant de l’anxiété

Par Claire Eastham
Lire la suite
Nouvelle

Comment faire taire les pensées intrusives

Par Claire Eastham
Lire la suite